L.-J. Dalbis Louis-Janvier Dalbis est professeur au Collège Stanislas de France lorsqu'on lui offre la chaire de biologie de l'Université de Montréal. Bien qu'il n'ait pas de diplôme d'enseignement supérieur, sa formation et ses aptitudes en font un candidat acceptable. Quelques années après son entrée à Montréal, il va compléter son doctorat en France à la place et sur les conseils de Marie-Victorin, que ses supérieurs retiennent au pays. À son retour, il participe à la fondation de plusieurs sociétés savantes, dont l'ACFAS. Ses liens avec Marie-Victorin se refroidirent beaucoup avec le temps, ce dernier lui reprochant de ne pas faire de recherches personnelles qui pousseraient la science en avant et de se borner à donner ses cours. À vrai dire, le frère n'éprouve pas une grande admiration pour le travail de son confrère et n'hésitera pas à le dire haut et fort.

En 1927, Dalbis fonde l'Institut scientifique franco-canadien (ISFC) avec l'objectif de favoriser les liens intellectuels entre la France et le Canada. Même si le mandat de l'ISFC diffère de celui de l'ACFAS, les deux institutions seront en quelque sorte des adversaires, Marie-Victorin étant convaincu que " l'Institut nuit à l'ACFAS en divisant les forces et en détournant les subventions ". Louis-Janvier Dalbis est également le fondateur de la Société de biologie de Montréal (SBM) créé en 1922.

Lien : http://www.archiv.umontreal.ca/exposition/sciences/dalbis.htm


Fermer la fenêtre